La Terre tourne, ne tournons pas en rond! #forgenerationstocome

forgenerationstocome

Nous en sommes témoins ! Les éléments se déchaînent autour de nous et à travers le globe, de plus en plus fréquemment, de plus en plus violemment. Coulées de boue, éboulements, moussons historiques, tempêtes, ouragans. Face à ces catastrophes naturelles, aux infrastructures détruites, aux zones inhabitables, les hommes sont bien souvent inégaux entre eux. Les dommages causés par ces désastres dans les pays en développement sont parfois si grands que les coûts de reconstruction freinent leur expansion, leur recherche de prospérité, et les affaiblissent encore davantage.

Certains scientifiques diront que le lien entre le dérèglement climatique et les catastrophes naturelles est difficile à établir, qu’il est souvent compliqué de lier un événement ponctuel à une cause plus globale. Ceci semble particulièrement vrai pour l’ouragan Irma. Irma étant unique, il n’est apparemment pas possible d’avoir de certitude scientifique.

Pour ma part, j’aurais tendance à dire que même si les scientifiques ne sont pas formels et du même avis, il est permis d’attribuer Irma au dérèglement climatique. Chacun peut avoir son opinion sur l’existence d’une relation de cause à effet, mais peut-on décemment douter de la corrélation entre le changement climatique et la puissance des catastrophes naturelles devenues inhabituelles, voire extraordinaires ? Cela a le mérite de provoquer le débat et les discussions chez nos politiques mais aussi entre nous, à notre humble niveau.

En agissant maintenant, en optant pour une réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, en mettant fin à notre dépendance aux énergies fossiles, en cessant la surexploitation des sols et des ressources de notre Terre, en repensant individuellement et collectivement notre mode de vie et de consommation, en nous dirigeant tous vers de nouveaux modèles plus raisonnés, nous agissons sur les causes du changement climatique et nous protégeons le monde dans lequel nos enfants naîtront et grandiront.

Et vous, que faites-vous #forgenerationstocome ?

Christelle Giraud, fondatrice & directrice de Popnfix

Publicités

La consommation responsable, effet de mode ou alternative pour demain?

J’ai grandi en pensant que la consommation était la liberté… Vous aussi ?

Les années passent, et je me suis posé cette question : la croissance à tout prix est-elle synonyme d’amélioration de ma qualité de vie ? A partir de là, il était temps pour moi de repenser certaines choses, de bouger le curseur vers un mode de vie un peu plus simple, un peu plus sobre. Je réalise ainsi qu’appréhender ma consommation, c’est aussi en réduire les impacts et prendre conscience des enjeux qui se cachent derrière cette dernière. Mais c’est aussi un petit bonheur de plus pour moi au quotidien!

Parallèlement, je découvre que je ne suis pas la seule à réduire un peu la voilure. Des individus aux profils professionnels différents se regroupent, des communautés émergent, se structurent. Des initiatives concrètes font parler d’elles et ont en commun qu’elles attirent de plus en plus d’adeptes: mouvements Zero Waste, lancement de nouvelles monnaies locales, ouvertures de magasins en vrac, etc.

Ces personnes ont en commun de repenser leur façon de vivre, de repenser l’économie aussi : produire sobrement (passer de modes de production linéaires à des systèmes circulaires et résilients, grâce aux progrès de l’écoconception, par exemple), optimiser et allonger l’usage des objets en les réutilisant, en les partageant ou en mutualisant leur accès, préserver la matière aussi, afin de la revaloriser, de la réutiliser.

Cette démarche ouvre un horizon nouveau sur notre rapport à la consommation, à notre quotidien et à nos échanges avec les autres, et cela génère souvent d’autres réflexions telles que :

  • Réduire ses besoins financiers pour réduire son temps de travail ;
  • Favoriser une économie de proximité (acheter chez les petits commerçants, réparer ses objets au lieu de racheter du neuf, etc.) ;
  • Encourager et participer à l’économie sociale (coopératives, bénévolat, etc.) ;
  • Privilégier les échanges de services et la circulation des biens en-dehors des circuits économiques traditionnels (co-voiturage, mise en place d’une boîte à livres dans son quartier, trocs, seconde main, etc.) ;
  • Se demander, avant chaque achat, si nous en avons vraiment besoin ;
  • S’intéresser et éventuellement s’engager à l’endroit dans lequel on vit.

Repositionner le curseur, c’est aussi influencer le comportement des fabricants, des distributeurs et des détaillants, mais aussi de nos politiques, en faveur de notre environnement et de nos droits de citoyens.

Au fond, chacun pose son curseur en fonction de son cheminement, de ses objectifs, de ses priorités, et bouger le curseur, c’est déjà une sacrée étape, un petit bonheur de plus !

4 bonnes résolutions pour une rentrée réussie!

shutterstock_288532283 - copie

C’est la rentrée scolaire! L’automne commencera prochainement à pointer son nez… Vous êtes rentrés de vacances, vous croisez à nouveau les papas et les mamans sur le chemin de l’école, ou dans le train en allant travailler… bref, la vie sociale en dehors de votre entourage proche reprend!

Et dans ce contexte de reprise, pourquoi ne pas prendre une nouvelle résolution, celle de créer une dynamique de solidarité et de partage dans votre voisinage?!

Oups, le mot “voisin” vous fait peur?! Pas de panique, aujourd’hui, ce mot est souvent associé aux mots “rencontre”, “partage” “échange”! Et pas seulement aux conflits de voisinage! Ouf…. Allons plus loin car partager avec ses voisins a plusieurs avantages 😉

  1. Croyez-moi, ça change souvent le quotidien! Quand on apprend à connaître un peu ses voisins, et bien on est souvent content de les croiser, de simplement dire bonjour, de papoter. Discuter permet souvent de briser un peu la solitude, de détecter un besoin, de redonner le sourire à quelqu’un ou simplement de se faire plaisir! Et puis savoir que les voisins sont là, c’est rassurant, on se permet peut-être plus facilement de demander un petit coup de main et du coup, on se rend utile si besoin. Bref, l’aspect social reprend tout son sens!
  1. Et pourquoi ne pas se rendre de petits services entre voisins de temps en temps? Besoin d’une perceuse? D’un bricoleur? D’une garde temporaire pour ses enfants? Des retouches en couture? D’un coup de main pour faire ses courses? D’un petit geste pour faire repartir sa machine à laver? Franchement, admettez que pour tous ces petits services, un voisin c’est pratique et c’est rapide! … pour autant qu’il ait les compétences requises et du temps bien sûr!
  1. Et puis, entre voisins ou habitants d’une même région, on peut aussi s’entraider autrement! … je vous le donne en mille, on peut troquer, vendre ou donner des objets dont on n’a plus l’utilité! Si si! Les avantages? En ayant le réflexe de donner une deuxième vie à ses objets, on sort un peu de l’habitude de systématiquement acheter, consommer et jeter! Whouah! Ça c’est chouette! on en fait profiter les autres et ça rend également service notre belle planète!
  1. Mais avec les vieux objets, on peut également faire mille choses avec un peu d’imagination, et ça s’appelle du “uprecycling”! Vous connaissez? Ici, on laisse libre court à son imagination pour recycler et pour réutiliser! Une bouteille de vin vide peut devenir une carafe d’eau, une barquette de plastique non recyclable peut devenir un pot de fleurs pour un potager. Bref, vous avez certainement plus d’idées créative que moi 😉

La plateforme collaborative www.popnfix.ch permet de faire tout ça ! C’est VOTRE plateforme ! Popnfix est un outil pour vous aider à proposer vos compétences à ceux qui en ont besoin près de chez vous, d’une manière bénévole ou pour arrondir vos fins de mois. Elle vous permet aussi de vendre ou d’offrir des objets, des vêtements dont vous n’avez plus besoin ! Elle existe pour faciliter votre quotidien et le petit plus, elle a aussi comme mission d’encourager la réparation de votre matériel !

Partager et s’entraider entre voisins c’est finalement assez simple 🙂

 

Et si nous options pour une conso plus durable de nos smartphones et autres objets électroniques?!

IMG_2091

Aujourd’hui je souhaite vous parler d’un objet phare de notre quotidien! Cet objet qui nous suit partout, que nous prenons partout, qui parfois dort même à côté de nous! Cet objet est pour bon nombre d’entre nous, le prolongement de notre main! Vous le reconnaissez?! Notre smartphone!

Sans lui, on se sent parfois un peu tout nu… et pourtant… nous le changeons souvent (trop souvent?). Un utilisateur garde son téléphone portable en moyenne 10 à 20 mois, selon sa classe d’âge.

Saviez-vous qu’en 2014, 1,9 milliards de téléphones portable ont été fabriqués dans le monde? Que cela a nécessité 16’000 tonnes de cuivre, 6’800 tonnes de cobalt et 43 tonnes d’or? Ces minerais, mais aussi bien d’autres, risquent d’être épuisés dans quelques décennies. Leur extraction et la production de nos téléphones portables engendrent des pollutions importantes dans les pays en développement et de nombreuses violations des droits humains sont à déplorer.

Chaque année, 40 millions de tonnes de déchets électroniques sont générés dans le monde, en Suisse, 8 millions d’appareils dorment dans nos tiroirs!

Alors, si nous options pour une conso plus durable de nos smartphones et autres objets électroniques?!

Voici quelques solutions très concrètes:

  • Je garde mon smartphone plus longtemps. Un problème de batterie? C’est l’une des causes techniques du renouvellement d’un téléphone, voici quelques astuces pour l’économiser: éviter d’exposer l’appareil à une chaleur excessive, désactiver Wi-Fi, Bluetooth, GPS, réduisez la luminosité de l’écran, fermez les applications inutilisées, réduisez les notifications/pushs, utilisez des applications d’économie d’énergie. Votre téléphone apprécie aussi d’avoir une coque de protection et un protège-écran et de ne pas être exposé à la poussière!
  • J’offre une seconde vie à mon smartphone: il fera des heureux!
  • Je répare mon smartphone en cas de problème technique. REPARER, c’est bon pour l’environnement, mais c’est aussi bon pour l’emploi! La réparation participe au maintien et au développement d’emplois locaux (économie de proximité). Réparer c’est aussi faire des économies puisque la réparation reste souvent moins coûteuse que l’achat d’un produit neuf!
  • Je recycle: Le recyclage permet de récupérer de nombreux composants. On permet ainsi de réduire de façon importante l’impact écologique de la phase de fabrication liée à l’extraction des minerais.
  • J’achète responsable: Favorisez un produit éco-conçu (Fairphone, Google Ara, PuzzlePhone, PhoneBlocks, etc), achetez en 2ème vie!

Vous avez besoin de réparateurs? Voici une liste non-exhaustive dressée par l’association Impulsions+

www.popnfix.ch aide les particuliers à rechercher ou à proposer des services de réparation! Pensez à Popnfix!

Vous souhaitez sensibiliser vos collègues, vos élèves, vos administrés à la surconsommation des téléphones portables? contactez l’équipe d’Impulsions+ www.impulsionsplus.com

Pourquoi Popnfix?

Fortement intéressée par la consommation responsable, j’ai souhaité développer un projet alliant 14 années d’expertise dans les milieux économiques et ces 18 dernier mois dans le domaine de l’environnement et du développement durable.

Le projet Popnfix découle d’une prise de conscience de notre environnement, de notre façon de consommer puis d’une forte envie d’entreprendre et de jouer un rôle dans notre économie.

Avant d’entamer la réalisation de ce projet, j’ai constaté 3 faits dans mon quotidien et dans mon entourage :

  • Lors d’un nouvel achat, nous décidons d’acheter l’objet, nous le consommons, puis très souvent, nous le jetons lorsqu’il est hors d’usage ou lorsque nous n’en avons plus l’utilité. Nous aurions peut-être envie de le réparer pour le garder encore… mais il est alors souvent difficile de trouver quelqu’un qui a cette compétence. Et puis parfois, l’objet est ainsi fabriqué qu’il est impossible de trouver les pièces de rechange et de le réparer (obsolescence programmée). Et si un simple geste suffisait pour lui redonner vie?! Il est alors, pour bon nombre d’entre nous, difficile de trouver quelqu’un pour nous donner un coup de main. Des échoppes existent, mais trop peu, des entreprises existent, mais la réparation est parfois ardue et le mandat de réparation n’intéresse souvent pas car il est peu rentable, les « repair cafés » existent, mais ne sont pas assez réguliers.
  • En cherchant bien, j’ai découvert que de nombreuses personnes avaient des compétences et savaient bricoler, parfois réparer de petites choses. Ces compétences sont malheureusement souvent peu connues des autres et souvent sous-exploitées. J’ai découvert qu’il existait en fait un vivier de personnes capables de bricoler et de réparer. Ce qui est difficile, c’est de les trouver!
  • Et puis qu’en est-il des objets qui nous entourent et dont nous nous séparons si facilement car pas ou peu utilisés, passés de mode, etc.? Ces objets finissent très, trop souvent à la déchèterie, parfois même à la poubelle alors que de nombreuses personnes seraient ravies de pouvoir les réutiliser et ainsi leur donner une deuxième vie. En donnant ou en revendant à petit prix, nous limitons le gaspillage et les déchets.

Le projet a germé lorsque j’ai essayé d’imaginer regrouper ces 3 constats et ainsi trouver une solution afin de dépasser ce qui nous retient de réparer et ce qui nous pousse à jeter. J’ai alors créé la plateforme http://www.popnfix.ch en étendant le concept au petit bricolage, au jardinage et à l’aide à la personne. Ces activités, je souhaitent les mettre en avant, les rendre accessibles à tout un chacun afin de faciliter le quotidien et rendre ses lettres de noblesse à l’économie de la réparation!

Christelle Giraud